Back to Navigation

Déclaration Publique: Colombie (juin 2010)

Le Barreau du Haut-Canada exprime sa profonde inquiétude à l'égard de la sécurité des avocats des droits de la personne et des juges en Colombie 

Le Barreau du Haut-Canada condamne publiquement la surveillance illégale et le harcèlement des avocats des droits de la personne et des juges ainsi que les dénonciations publiques par l'État qui portent préjudice aux avocats des droits de la personne, souvent accusés d'être des terroristes ou de collaborer avec la guérilla. Ces dénonciations publiques minent manifestement la légitimité de leur travail et les rendent plus vulnérables à des attaques de groupes armés.

Les rapports indiquent que le département administratif de la sécurité (« DAS ») qui travaille sous les auspices de l'agence colombienne de renseignements et se rapporte directement au président fait de la surveillance illégale d'avocats et de juges. On rapporte que le DAS a mené sa plus grosse campagne de surveillance illégale et d'écoute clandestine, exposée au début de 2009, entre 2004 et 2006, dont la cible était des avocats des droits de la personne, des juges de la Cour suprême, des personnes politiques de l'opposition et d'autres groupes qui n'appuient pas l'administration du président actuel Uribe. En particulier, le DAS s'en est pris au collectif d'avocats de défense des droits de la personne José Alvear Restrepo (« CAJAR »), un organisme qui dénonce et suit de près les violations des droits de la personne en Colombie. L'opération a été dissoute après qu'on a découvert que le chef du DAS avait remis les noms des chefs syndicaux aux chefs paramilitaires. La récente découverte de cette activité de surveillance illégale du DAS a bouleversé de nombreux avocats et juges qui se demandent jusqu'où le gouvernement peut aller pour les faire taire et les intimider.

Les avocats de droits de la personne et les juges en Colombie exécutent leurs tâches dans un climat d'intimidation et d'insécurité où ils sont soumis à de la surveillance illégale, des menaces, des accusations criminelles non fondées, des dénonciations publiques et parfois, à des assassinats et à des enlèvements. Il semble que l'État ne s'engage pas réellement à gérer le niveau de violence dirigé contre les avocats et les juges.

Le Barreau du Haut-Canada se préoccupe de la sécurité des avocats et des juges et craint fort que les activités de surveillance illégale et les dénonciations publiques des avocats et des juges par l'État ne fassent preuve d'une érosion de la démocratie et de la primauté du droit en Colombie.

Le Barreau du Haut-Canada presse le gouvernement colombien, 
1. de cesser toute activité de surveillance illégale des avocats des droits de la personne et des juges et la cueillette illégale de renseignements par les divers services de renseignements;

2. de mettre fin à la stigmatisation systémique des avocats des droits de la personne; 
3. de reconnaître publiquement l'importance et la légitimité du travail des avocats des droits de la personne et des juges, et leur contribution au renforcement de la démocratie et de la primauté du droit; 
4. de veiller à ce que tous les avocats et les juges puissent exécuter leurs activités en paix et en toute légitimité sans craindre la détention arbitraire, les mauvais traitements ou toute autre violation des droits de la personne; 
5. de respecter leurs obligations des droits de la personne en vertu du droit national et international.

Le Barreau du Haut-Canada est l'organe de réglementation de plus de 41 000 avocats dans la province de l'Ontario au Canada, et le trésorier en est le chef. Le mandat du Barreau est de réglementer la profession juridique dans l'intérêt public en maintenant l'indépendance, l'intégrité et l'honneur de la profession juridique pour faire avancer la cause de la justice et la primauté du droit.

Le Barreau presse la communauté juridique d'intervenir pour aider les membres de la profession juridique en Colombie dans leurs efforts pour défendre le respect des droits de la personne et pour promouvoir la primauté du droit et la démocratie.

Explication des termes et concepts