Back to Navigation

Déclaration publique : Nigéria (février 2019)

Le Barreau de l’Ontario gravement préoccupé par le meurtre de l’avocat Adeola Adebayo
 
Toronto, ON — Le Barreau de l’Ontario est gravement préoccupé par le meurtre de l’avocat Adeola Adebayo.
 
Adeola Adebayo, avocat et secrétaire du barreau nigérian, filiale Ikole-Ekiti, a été enlevé et assassiné à la fin de 2018. Selon des rapports crédibles, sa mort est due à son travail d’avocat et à son appartenance au barreau nigérian ainsi qu’à la situation générale d’insécurité et de criminalité violente dans la région.
 
Selon des rapports crédibles, au cours du weekend des 17 et 18 novembre 2018, Adeola Adebayo a été enlevé, avec neuf autres personnes, par plusieurs hommes armés sur l’axe d’Iwaraja-Efon de l’État d’Ekiti. Les autres victimes ont été relâchées, mais Adeola Adebayo est resté en captivité. Une rançon aurait été versée pour sa libération, mais après le paiement, M. Adebayo a été tué par balle par ses ravisseurs. Son corps a été retrouvé vers le 2 décembre 2018.
 
Le Barreau est profondément préoccupé par les rapports crédibles de la mort d’Adeola Adebayo et condamne fermement son meurtre. Nous pressons le Nigéria de respecter ses obligations en vertu du droit international en matière de droits de la personne, et notamment de respecter les Principes de base des Nations Unies relatifs au rôle du barreau et la Déclaration universelle des droits de l’homme.
 
Le principe 16 des Principes de base des Nations Unies relatifs au rôle du barreau prévoit ce qui suit :
 
Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s’acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue ; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement, dans le pays comme à l’étranger ; et c) ne fassent pas l’objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie.
 
Le principe 17 prévoit ce qui suit :
 
Les avocats ne doivent pas être assimilés à leurs clients ou à la cause de leurs clients du fait de l’exercice de leurs fonctions.
 
L’article 3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme prévoit ce qui suit :
 
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
 
Le Barreau exhorte le gouvernement du Nigéria :

  1. à mener sans délai une enquête juste, impartiale et indépendante sur le meurtre d’Adeola Adebayo de façon à identifier toutes les personnes responsables, les traduire en justice et leur administrer des sanctions civiles, pénales ou administratives telles que prescrites par la loi ;

  2. à mettre un terme à tous les actes de violence contre les avocats et les membres du barreau nigérian au Nigéria ;

  3. à veiller à ce que tous les avocats au Nigéria bénéficient de protection adéquate par les autorités pour pouvoir s’acquitter de leurs fonctions et activités professionnelles sans crainte d’intimidation, d’entrave, de harcèlement, d’ingérence indue, de menace de criminalisation ou de toute autre violation des droits de la personne ;

  4. à veiller en toutes circonstances au respect des libertés et droits fondamentaux de la personne conformément aux normes internationales en matière de droits de la personne et aux instruments internationaux.