Back to Navigation

Accès public à Internet

Le présent document est une transcription d'un balado dans lequel on discute de l'utilisation, par des avocats, de connexions publiques à Internet, comme dans les cafés et les palais de justice.

Les animateurs : PB Phil Brown, DW David Whelan

PB : Bonjour, ici Phil Brown et je suis en compagnie de David Whelan. Aujourd'hui nous allons parler de l'Internet public, soit d'utiliser Internet en public.

DW : Oui, et l'un des sujets populaires est les points d'accès sans fil et la décision de les utiliser ou non. Lorsque nous parlons de points d'accès sans fil, nous nous rapportons à des connexions ouvertes, disponibles, sans fil ou Wi-Fi qui sont offertes dans les cafés, au palais de justice ou à la bibliothèque. Il s'agit d'un endroit où la connexion Internet est toujours disponible et où vous n'avez qu'à utiliser votre appareil pour y accéder.

PB : J'imagine que ce n'est pas la même chose que le Wi-Fi à la maison, où l'on encourage les gens à utiliser un mot de passe pour protéger leur connexion.

DW : Absolument. Dans les bureaux, si vous allumez un appareil qui peut accéder à des réseaux Wi-Fi, vous pouvez voir quels sont les réseaux disponibles. Pour ma part, je remarque que de plus en plus de réseaux à la maison et au bureau sont maintenant sécurisés et nécessitent un mot de passe pour y accéder.

PB : Et, en ce qui concerne ces réseaux et leur utilisation, il s'agit d'une radiofréquence.

DW : C'est ça. Donc, toute personne se trouvant à proximité de cette antenne pourrait voir le réseau et accéder à ce qu'il contient.

PB : Effectivement. Donc, le Wi-Fi, c'est tout simplement votre ordinateur qui agit comme un transmetteur-récepteur et qui accède à un autre transmetteur-récepteur situé alentour.

DW : C'est ça.

PB : Et cela a quelques désavantages.

DW : Oui, il y a des désavantages, car vous ne pouvez pas savoir avec certitude que l'antenne sans fil à laquelle vous croyez vous brancher est réellement une antenne sans fil. Vous pourriez vous brancher à une personne qui cherche des gens qui ont des renseignements intéressants sur leurs appareils, que ce soit un appareil portatif ou un ordinateur portatif.

PB : Nous voulons tout simplement vous mettre en garde contre cela. Nous n'allons pas vraiment parler de choses comme le partage de fichiers, mais la fonctionnalité de partage de fichiers est activée sur plusieurs ordinateurs, ce qui permet à d'autres personnes de voir une partie des renseignements stockés dans votre ordinateur si vous êtes sur un réseau Wi-Fi. 

DW : C'est ça. Dans les anciennes versions de Windows, pour partager les fichiers au sein de votre bureau, vous avez probablement activé le partage des fichiers, et d'autres personnes pourraient donc accéder à ces répertoires lorsque vous êtes à l'extérieur du bureau également. Dans Windows 7, on a amélioré cette fonctionnalité. Il vous permet de choisir lesquelles de vos connexions sans fil sont des connexions du bureau et lesquelles sont publiques; ces dernières n'auraient pas accès aux répertoires partagés. 

PB : Je devrais également mentionner que, habituellement, j'utilise un Mac, et lorsque je me branche à un réseau sans fil, je peux habituellement voir une liste des autres ordinateurs Mac et des autres ordinateurs dans la salle, et je peux jouer la musique provenant du Mac d'une autre personne.

DW : Ça donne la chair de poule!

PB : Je peux également télécharger leur musique sur mon Mac parce qu'ils ont activé le partage des fichiers. Je suggère aux gens de faire très attention à ce genre de chose et d'être conscients que les autres personnes peuvent accéder à ces renseignements si vous n'avez pas pris les bonnes mesures de protection.

DW : Effectivement. C'est un très bon point, car plusieurs personnes croient que le problème est de s'assoir avec leur ordinateur portatif dans un café et qu'une autre personne découvre leur nom d'utilisateur et mot de passe lorsqu'ils les tapent dans leur navigateur Web. Cependant, votre ordinateur portatif ou votre appareil portatif partagent certains renseignements lorsque vous vous branchez à un réseau Wi-Fi.

PB : Lorsque vous transportez votre ordinateur portatif et d'autres appareils avec vous, vous devez vraiment y penser si vos appareils contiennent des renseignements relatifs à vos clients. Ce ne sont en réalité que des porte-documents remplis de dossiers.

DW : Exactement. En fait, vous transportez maintenant votre pratique au complet sur un très petit appareil. Les risques sont donc énormes si, soudainement, vous ne pouvez plus accéder à cet appareil ou, encore pire, s'il tombe entre les mains d'une autre personne. Je crois que nous nous préoccupons souvent de ce qui peut arriver si une autre personne réussit à accéder à nos fichiers, mais il faut également penser aux enjeux de confidentialité qui pourraient déjà exister. Par exemple, vous avez peut-être les numéros de carte de crédit de vos clients ou d'autres renseignements qui ne sont pas nécessairement confidentiels du point de vue de l’avocat, mais qui sont certainement privés et ne doivent pas être partagés.

PB : Si vous perdez ces renseignements, vous devrez aviser plusieurs personnes. Si vous avez des renseignements relatifs à vos clients, vous devrez aviser chaque client. Vous devrez leur indiquer comment obtenir des conseils juridiques indépendants sur les mesures à prendre. Il est également possible qu'ils doivent obtenir un nouvel avocat et que vous deviez communiquer avec LawPRO.

DW : Effectivement. Il y a quelques mesures de base que vous pouvez prendre pour vous assurer que, si cela se produit, vos renseignements ne disparaitront pas. Donc, si vous laissez parfois votre ordinateur portatif ouvert, vous pourriez utiliser de meilleurs mots de passe sur votre ordinateur portatif ou votre appareil et, si cela est possible, de chiffrer les fichiers sur votre appareil pour éviter qu'une autre personne puisse accéder aux renseignements si elle met la main sur votre appareil.

PB : Vous pouvez également utiliser le chiffrement lorsque vous naviguez sur le Web, comme nous en avons déjà parlé.

DW : C'est ça. Vous remarquerez que, lorsque vous visitez un site Web, l'adresse du site Web commence par http://, suivi de l'adresse. Lorsque vous ouvrez le site d'une banque ou un site sécurisé, un « s » est ajouté à l'adresse. Vous voyez donc https://. Cela signifie que votre connexion est sécurisée. Donc, si vous pouvez utiliser des sites sécurisés – https – pour communiquer, vous savez au moins qu'aucune autre personne dans ce café ou au palais de justice ne peut accéder à l'information que vous transmettez à ce site ou que vous recevez de ce site puisqu'elle est chiffrée. Pour ceux d'entre vous qui utilisent le navigateur Firefox, vous pouvez télécharger gratuitement le module d'extension nommé HTTPS Everywhere. Ce module d'extension vous permet d'activer automatiquement le https si vous visitez l'un des sites qui offrent cette possibilité.

PB : Cela permettrait d’empêcher une attaque de type homme au milieu où une personne intercepte vos renseignements lorsqu'ils sont transmis de votre ordinateur à un autre.

DW : Effectivement. Ces attaques se fondent sur ce qui est disponible. Il est peu probable que les gens ciblent particulièrement les avocats. Ils tentent simplement d'intercepter tout renseignement qui passe par là. Ils s'intéressent aux cartes de crédit, aux mots de passe et à ce genre d'information. Les outils pour surveiller la navigation des gens dans un café ou sur tout réseau Wi-Fi ouvert sont très faciles à télécharger et à installer, et une personne peut voir ce qui se passe et s'il y a des gens qui accèdent à Dropbox ou ouvrent leur courriel dans Google, puis elle peut tenter d'obtenir des renseignements.

PB : Un autre outil, dont nous n'allons pas nécessairement parler en détail, est le concept du réseau privé virtuel.

DW : Oui.

PB : Il s'agit d'une petite connexion Internet entre vous et l'ordinateur que vous utilisez, peut-être au bureau.

DW : C'est ça. Par conséquent, si vous utilisez des ressources au bureau, c'est probablement la meilleure façon de vous assurer qu'aucune information n'est interceptée. L'un des avantages de l'informatique en nuage – si vous utilisez le nuage dans votre pratique – est que, dans la plupart des cas, non seulement votre connexion à ce système dans le nuage est-elle chiffrée, mais c’est également le cas de toute activité sur ce système. Donc, votre interaction avec ces systèmes est chiffrée, même dans un lieu public.

PB : J'imagine aussi que, une autre option pour sécuriser votre connexion, est d'utiliser une carte AirCard ou une clé fournissant une connexion à Internet (mobility stick).

DW : Effectivement. Si vous pouvez éviter le Wi-Fi au complet, alors c'est probablement votre meilleure option pour vous assurer que l'information que vous transmettez et recevez ne sera pas interceptée par une autre personne.

PB : Vous pouvez vous les procurer par l'entremise de votre fournisseur téléphonique, quel qu'il soit, et vous paieriez des frais mensuels. Essentiellement, au lieu d'utiliser le Wi-Fi, vous utilisez une connexion de données via un service de type téléphonique. 

DW : C'est ça. Vous pouvez également vérifier si votre téléphone intelligent peut agir comme modem (tethering). Si oui, vous pouvez brancher votre téléphone intelligent à votre ordinateur portatif et l'utiliser de la même façon que vous utiliseriez votre clé ou votre carte en direct.

PB : C’est une excellente idée et j'aimerais également mentionner que les coûts de transmission de données sont habituellement assez élevés pour ces technologies. Il est donc recommandé d'avoir un bon forfait de données si vous prévoyez utiliser votre téléphone à titre de point d'accès sans fil ou de modem.

DW : Oui, bonne remarque. Lorsque vous vous branchez à Internet, les sites sont configurés de sorte à ne pas utiliser trop de données. Mais lorsque vous envoyez des choses directement, comme un fichier Word ou autre, les frais peuvent s'accumuler rapidement.

PB : J'imagine que, pour terminer, nous devrions parler de la question de savoir si les avocats et les parajuristes devraient même utiliser les points d'accès public à Internet.

DW : Je ne crois pas que ce soit un problème, mais, tout comme vous verrouillez la porte de votre bureau à la fin de la journée, vous devez faire de même lorsque vous utilisez des points d'accès public à Internet. Vous devez vous assurer d'utiliser des mots de passe forts et le chiffrement sur l'appareil pour éviter de perdre tout renseignement ou de manquer à vos obligations en matière de confidentialité ou de protection de la vie privée si vous perdez votre appareil de quelque façon. De cette façon, que vous naviguiez sur Internet ou transmettiez de l'information sur un réseau sans fil, vous utilisez des connexions sécurisées, lorsque c'est possible.

PB : D'accord. Merci.

DW : Merci Phil!

Explication des termes et concepts