Back to Navigation

Flux RSS

 Transcription d’un balado sur les flux RSS et les avantages qu’ils présentent.

Animateurs :   PB : Phil Brown, DW : David Whelan

PB : Bonjour, ici Phil Brown en compagnie de David Whelan, et aujourd’hui, nous allons discuter des flux RSS.

DW : Les flux RSS font partie du jargon technologique dont vous entendez parler sans savoir ce que veulent dire les lettres.

PB : Elles veulent dire différentes choses.

DW : En effet, je pense que le plus courant est Really Simple Syndication (fil de syndication), d’où l’acronyme R.S.S.

PB : Elles peuvent aussi signifier Rich Site Summary, ce qui date probablement du début des fils de syndication.

DW : Probablement. Le RSS divise le contenu de votre site Web en petits morceaux qui peuvent être lus par une machine, ce qui signifie que vous pouvez alors connecter votre téléphone ou votre ordinateur au flux RSS et le lire en utilisant un logiciel. Le logiciel découpe le contenu en plusieurs morceaux : titre, auteur, date et autres éléments du contenu.

PB : Et toute cette information est intégrée lorsque vous configurez finalement le lien ou l’application pour obtenir ce flux RSS. Cela signifie que quand l’article vous est renvoyé, il contient toute cette information.

DW : C’est exact et c’est là l’avantage. RSS est un format comme celui des documents Word de Microsoft. RSS est un format de fichier standardisé, et une fois que vous avez le logiciel qui permet de le lire, vous pouvez consulter n’importe quel site Web qui a un flux RSS ou créer vos propres flux RSS, les mettre dans votre lecteur et les lire et voir tous ces éléments.

PB : Ils semblent gagner en popularité maintenant, mais ils existent depuis 1999.

DW : C’est vrai. C’était en quelque sorte, l’outil des chercheurs spécialisés pendant de nombreuses années et, depuis quelques années, il semblait promis à disparaitre, on commençait à annoncer, comme c’est souvent le cas avec la technologie, que le RSS était mort. Il y a eu une petite reprise et vous pourriez même l’utilisez sans le savoir, si vous utilisez un de ces lecteurs de nouvelles autres que RSS qui ne font que compiler des nouvelles, mais ces lecteurs pourraient encore être basés sur les flux RSS.

PB : Et juste pour clarifier la différence, les lecteurs de nouvelles, que nous aborderons dans un autre balado, servent à compiler les nouvelles, alors que les flux RSS recueillent le nouveau contenu à partir de blogues, des sites de vidéo, bref de presque partout.

DW : C’est vrai, et les flux RSS sont beaucoup plus personnalisés. Les agrégateurs de nouvelles ont tendance à prendre une approche générique et à se fier aux éditeurs, mais avec RSS, vous pouvez effectivement consulter un site et choisir ce que vous voulez lire. Deux des sites qui sont d’intérêt spécifique aux avocats ontariens seraient les flux RSS que vous pouvez obtenir à partir de CanLII, qui est mis à jour chaque fois qu’une nouvelle décision en Ontario est affichée dans la base de données et les flux RSS du même type, que vous pouvez obtenir directement des tribunaux de l’Ontario. Alors si vous allez consulter les sites Web des tribunaux de l’Ontario, vous pouvez suivre les nouvelles qu’ils affichent — s’il y a de nouvelles directives de pratique, vous aurez la mise à jour RSS de ces directives, mais également, des causes et des avis qui sont affichés sur leurs sites Web.

PB : Alors, parlons de l’aspect polyvalent des RSS. Une fois que vous obtenez un lien ou créez un lien à un flux RSS, celui-ci vous envoie uniquement le nouveau contenu affiché depuis la dernière fois que vous avez consulté le flux, n’est-ce pas ?

DW : C’est exact et c’est ce qui fait la beauté de la chose. Ça permet de gagner du temps, car ça vous évite d’aller consulter tous ces sites Web — où vous ouvririez un onglet pour voir dans le site s’il y a quelque chose de nouveau, un autre onglet et ainsi de suite. Avec RSS, vous allez à votre lecteur RSS et tous les flux RSS que vous avez configurés sont automatiquement mis à jour. Alors s’il y a du nouveau contenu, il s’affichera et s’il n’y a pas de nouvelles, surtout s’il n’y a aucune nouvelle sur le sujet que vous recherchez, rien ne s’affichera dans votre flux RSS.

PB : Et comment peut-on savoir si un site particulier comme CanLII, par exemple, offre un flux RSS ?

DW : Il y a deux façons de le savoir. Malheureusement, certains sites vraiment intéressants cachent leurs flux RSS, alors vous ne pouvez pas les trouver, mais en général, quand vous allez sur un site qui a un flux RSS, vous verrez une petite icône orange quelque part sur votre navigateur Web, habituellement après le nom du domaine. Si c’est écrit news.com, par exemple, il peut y avoir un symbole orange, ou ailleurs sur votre navigateur, et ça ressemble à des lignes courbes blanches sur fond orange. Cela vous indiquera qu’il y a un flux RSS. Mais s’il n’y a rien, surtout dans les organisations journalistiques, je ne sais pas pourquoi, mais on dirait que ce sont les plus difficiles à trouver, faites défiler la page vers le bas où se trouvent tous les liens aux différents éléments du site Web. Vous trouverez souvent un lien au flux RSS, et si vous cliquez dessus, vous pouvez voir tous les différents flux RSS.

PB : Et peut-on simplement configurer en cliquant sur cette petite icône orange, ou est-ce qu’il faut autre chose ?

DW : Bien, il faut faire autre chose. La première chose à faire si vous voulez suivre le flux RSS, c’est d’avoir un lecteur RSS. Vous avez besoin de choisir quelque chose comme Feedly ou Old Reader, qui sont des lecteurs de flux RSS que vous voyez avec votre navigateur Web, ou vous pouvez télécharger un logiciel pour votre ordinateur Macintosh ou Windows et lire les flux RSS localement, ou installer quelque chose sur votre périphérique.

PB : Donc, c’est presque aussi simple que de cliquer sur un lien. Le lien doit simplement pouvoir diriger quelque part si vous cliquez dessus.

DW : Exactement. Une fois que vous obtenez ce lecteur et que vous cliquez sur ce lien, on devrait vous demander où vous voulez envoyer votre lien, vous l’indiquer dans votre lecteur, et voilà.

PB : Donc quelque chose comme Feedly et je pense que ça s’écrit F, E, E, D, L, Y…

DW : C’est exact.

PB :… vous pouvez trouver sur Internet plusieurs navigateurs comme Internet Explorer, Chrome et d’autres du genre, qui ont généralement un module d’extension ou un logiciel compagnon que vous pouvez ajouter au navigateur pour qu’il recueille le contenu pour vous, automatiquement, dès que vous ouvrez votre compte.  

DW : C’est exact. Ce qu’il y a de mieux avec RSS, en cette fin d’année 2013, c’est que le lecteur Google était l’un des lecteurs RSS les plus populaires qui existent et il a pris le dessus dans le monde des RSS. Google a décidé de ne plus le maintenir et l’a retiré du marché cette année ; cela signifie que si vous allez sur Google pour rechercher le lecteur RSS, vous trouverez de bonnes listes de lecteurs RSS vraiment excellents qui ont survécu au lecteur Google en plus de ceux qui ont été développés par après. Donc, il y a de nombreuses bonnes sources pour décider quel lecteur RSS vous voulez utiliser.

PB : Et je me souviens avoir lu plusieurs articles juste avant la disparition du lecteur Google qui expliquaient comment transférer vos flux RSS à partir du lecteur Google à un autre lecteur que vous pourriez utiliser.

DW : Oui, l’avantage des fils RSS, c’est qu’une machine peut les lire et qu’ils sont normalisés, et que vous pouvez les exporter d’un lecteur à l’autre. Et si vous avez une liste de flux venant d’ailleurs, ou si vous avez un ami qui utilise RSS depuis longtemps, vous pouvez lui demander de télécharger son fichier, qu’on appelle fichier OPML, et ensuite, l’importer et suivre les mêmes choses qu’eux. 

DW : Ainsi, vous pouvez partager les liens RSS et les échanger entre vous. C’est vraiment une bonne économie de temps si ça vous évite d’avoir à parcourir 20, 50, ou 100 sites par jour pour voir s’il y a du nouveau contenu quand il pourrait ne pas y en avoir.

PB : Et le flux RSS est un outil vraiment adaptable, alors s’il y a des sujets particulièrement inhabituels que vous voulez suivre, ce n’est pas uniquement un journal ni un blogue. Il y a des outils comme Google Alerts que vous pouvez configurer à google.com/alert, et qui vous enverront un flux RSS quand quelque chose de nouveau s’affiche dans l’index de Google qui correspond à vos clés de recherche. Il y a toutes sortes d’options de flux RSS, donc une fois que vous avez commencé à suivre le contenu de base, vous pouvez alors nettement mieux personnaliser quel contenu vous suivez.

PB : C’est un outil de recherche utile pour les avocats et, peu importe qu’ils l’utilisent ou non, c’est certainement quelque chose qui peut les tenir informés chaque fois qu’ils le consultent.

DW : Absolument. Je ne pourrais pas vivre sans.

PB : Parfait. Merci beaucoup David.

DW : Merci Phil.