Passer au contenu principal
Back to Navigation
Accueil Blogue Soutenir le bienêtre mental des professionnels du droit : l’étude nationale sur le bienêtre vise à p
Soutenir le bienêtre mental des professionnels du droit : l’étude nationale sur le bienêtre vise à promouvoir une pratique du droit saine et durable

Soutenir le bienêtre mental des professionnels du droit : l’étude nationale sur le bienêtre vise à promouvoir une pratique du droit saine et durable

Par: Teresa Donnelly, trésorière | 14 juin 2021

Mise à jour : L’étude nationale sur le bienêtre des professionnels du droit prolongée jusqu’au 30 aout.
L’un des points forts du poste de trésorière du Barreau de l’Ontario est de pouvoir mettre en lumière les causes qui sont importantes pour le bienêtre des professionnels du droit. J’ai déjà utilisé ce blogue et ma plateforme en tant que trésorière pour parler de la santé mentale et du bienêtre des professions juridiques et je souhaite poursuivre cette conversation très importante.

Les recherches montrent que les professionnels du droit sont presque deux fois plus susceptibles d’éprouver des problèmes de santé mentale comme l’anxiété, le stress, la dépression et la dépendance que la population générale. En tant que professionnels du droit, nous sommes souvent confrontés à des situations qui peuvent être stressantes par nature, qu’il s’agisse de préparer des examens d’accès à la profession, de respecter des délais très serrés ou même d’aider des clients qui vivent un évènement bouleversant ou un traumatisme. Il est tout à fait humain que ces expériences nous accompagnent. Pour beaucoup, ces défis se sont multipliés à la suite de la pandémie, laissant certains d’entre nous dans un état d’isolement, d’accablement et d’anxiété. Ces conversations sur la santé mentale et le bienêtre sont plus pertinentes que jamais.   

Je suis heureuse que le Barreau de l’Ontario se soit récemment associé aux barreaux de tout le pays pour appuyer la toute première étude nationale sur le bienêtre, qui vise à comprendre et à promouvoir une pratique saine et durable du droit au Canada.

Lancée la semaine dernière et menée par la prof. Nathalie Cadieux de l’Université de Sherbrooke, l’étude est une initiative conjointe de tous les barreaux du Canada, de la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada et de l’Association du Barreau canadien. 

En Ontario, les chercheurs ont demandé aux professionnels du droit suivants de participer à un questionnaire d’étude anonyme et confidentielle :

  • tous les avocats et parajuristes, y compris ceux qui ne travaillent pas actuellement, qui sont en congé, sont retraités ou ont cessé de travailler dans le domaine du droit au cours de la dernière année ;
  • les stagiaires qui exercent quelque fonction que ce soit, y compris en pratique privée, dans le secteur public, dans une université ou un collège ;
  • les candidats de la formation expérientielle qui ont terminé le Law Practice Program à l’Université Ryerson, le Programme de pratique du droit à l’Université d’Ottawa ou le programme intégré de l’Université Lakehead en 2021.


Il faudra prévoir de 30 à 45 minutes pour remplir le questionnaire, qui sera actif jusqu’au 30 aout 2021. Les participants peuvent répondre au questionnaire en une séance ou plus. Le questionnaire enregistrera automatiquement les réponses, permettant aux participants de fermer le navigateur pour reprendre leur séance plus tard, là où ils l’auront laissée, en recliquant simplement sur le lien au sondage. Une fois qu’ils auront répondu à la dernière question du sondage, les réponses seront automatiquement envoyées.

Toutes les réponses sont anonymes et resteront strictement confidentielles. Seule l’équipe de recherche aura accès aux données sous forme agrégée.

Bien que le questionnaire prenne fin le 30 aout, il ne s’agit que de la première phase de l’étude. Au cours de la deuxième phase, l’équipe de recherche mènera des entrevues avec des professionnels du droit afin d’explorer les différences par province et territoire. Il s’agit de la première étude sur les professionnels du droit qui a une portée nationale. Avec un tel bassin de données, les chercheurs ont la possibilité de mieux comprendre les problèmes qui affectent la santé mentale et le bienêtre des professionnels du droit, et les barreaux seront mieux équipés pour formuler des recommandations fondées sur des preuves.

Un lien vers le questionnaire a été envoyé à tous les participants admissibles le 7 juin et se trouve également sur le portail du Barreau. Vous pouvez en savoir plus en regardant cette courte vidéo de la chercheuse principale, la prof. Nathalie Cadieux. 

Encore une fois, j’encourage tous les professionnels du droit admissibles à prendre le temps de remplir le questionnaire de l’étude. Ensemble, nous pouvons contribuer à briser la stigmatisation de la maladie mentale et ouvrir la voie à une meilleure compréhension et à une meilleure prise en charge des personnes confrontées à des problèmes de santé mentale.

Je voudrais terminer en vous rappelant que si vous êtes aux prises avec des problèmes de santé mentale, vous n’êtes pas seul. Le Barreau offre des services de soutien aux avocats, aux parajuristes, aux étudiants en droit, aux candidats du processus d’accès à la profession et aux juges en Ontario, ainsi qu’aux membres admissibles de leur famille, par l’entremise du Programme d’aide aux membres ou PAM.

Le PAM offre aux titulaires de permis un accès personnel à une gamme complète de services professionnels et confidentiels, notamment des conseils, un soutien par les pairs, des services de gestion de crise, des conseils en matière de toxicomanie, des conseils sur le mode de vie et des conseils spécialisés, ainsi que des ressources interactives en ligne et des outils de ressources pour les pairs.
 

Explication des termes et concepts
Your Source-FR
Your Source-FR-2