Passer au contenu principal
Back to Navigation
Accueil Nouvelles Prix du Barreau de 2021 : en reconnaissance de l’excellence

Prix du Barreau de 2021 : en reconnaissance de l’excellence

03 mai 2021

Des membres des professions juridiques de l’Ontario seront reconnus pour leurs réalisations et leurs contributions exceptionnelles à leurs communautés lors de la cérémonie annuelle des prix du Barreau, qui sera tenue en mode virtuel le 26 mai 2021.

La webémission archivée de l’évènement se trouve ici.

Voici les points saillants des réalisations des récipiendaires de 2021.

Médaille du Barreau

D’abord créée en 1985, la Médaille du Barreau a été accordée aux membres du Barreau de l’Ontario pour leurs contributions majeures à la profession. Elle est décernée à des personnes qui accomplissent les tâches quotidiennes des avocats en faisant preuve de tant de diligence ou d’efficacité ou de manière qui a tant profité à la profession dans son ensemble, qu’elles méritent d’être reconnues.

Le prix est donné pour des services exceptionnels dans le cadre de la profession, que ce soit dans la pratique, l’enseignement ou à d’autres titres professionnels, du moment que le service corresponde aux idéaux les plus élevés de la profession juridique. Il peut être décerné pour la dévotion aux tâches professionnelles sur une longue période ou pour un seul acte exceptionnel.

Cet honneur est réservé aux membres du Barreau de l’Ontario ou en reconnaissance de services fournis pendant que le récipiendaire était membre du Barreau.

Peter Griffin headshotPeter Griffin Admis au barreau en 1980, Peter Griffin est reconnu comme étant l’un des meilleurs avocats plaidants au Canada. Grâce à son travail, qui a donné lieu à des décisions qui ont fait jurisprudence, à ses plaidoyers exceptionnels, à son engagement inébranlable envers l’éducation et le mentorat et à sa participation à l’avancement de la profession juridique et de la communauté en général, Me Griffin représente ce qu’il y a de mieux dans la profession juridique. Au cours des 40 dernières années, il a comparu dans des centaines de procès et arbitrages, travaillant sans relâche pour défendre les intérêts de ses clients.

Malgré une pratique très active, Me Griffin a grandement contribué à la profession en enseignant à la prochaine génération d’avocats, à qui il a fait profiter de sa grande expérience dans les tribunaux, en partageant son expertise lors de nombreuses conférences et en fixant la norme d’excellence, de professionnalisme et d’intégrité. Me Griffin a également marqué de façon durable la pratique du droit comme président de la Société des plaideurs, fellow de l’American College of Trial Lawyers, membre du Commercial List Users’ Committee et de la Quadrennial Commission for Judicial Compensation, entre autres fonctions qu’il a occupées.

Eldon Horner headshotEldon Horner Admis au barreau en 1995, Eldon Horner a fait preuve d’un dévouement exceptionnel envers sa communauté locale et la profession juridique en général. Avocat de talent, Me Horner gère un cabinet de litige prospère tout en dirigeant le barreau local, lequel englobe trois comtés, et en faisant d’immenses contributions à la Fédération des associations du Barreau de l’Ontario (FABO) à titre de président. Il est maintenant coprésident du comité de droit immobilier de la FABO. Ces rôles lui ont demandé beaucoup de temps et de déplacements.

Le cabinet de Me Horner est connu pour fournir d’excellents services et pour son engagement envers l’accès à la justice, en travaillant à tarifs réduits ou bénévolement pour des organismes sans but lucratif et pour les gens des petites communautés environnantes. De plus, il consacre d’innombrables heures de bénévolat en tant que formateur, bénévole et mentor. De nombreuses organisations caritatives locales et provinciales ont bénéficié de cet engagement. Le travail acharné, la fiabilité, le dévouement et l’adhésion aux principes de la justice font tous partie de la réputation bien méritée de Me Horner.

Judith Huddart HeadshotJudith Huddart Admise au barreau en 1982, Judith Huddart est reconnue pour son leadership et ses contributions à l’avancement du droit de la famille au Canada. Elle est membre fondatrice et ancienne présidente de Collaborative Practice Toronto et l’Ontario Collaborative Law Federation (devenue Ontario Association of Collaborative Professionals). Son travail en matière de réforme législative et de politique du droit de la famille a contribué à l’établissement d’une approche collaborative interdisciplinaire du droit de la famille qui favorise l’adoption de résolutions sures, accessibles et non contentieuses pour les familles.

Au début de sa carrière, Me Huddart a été présidente de la section du droit de la famille de l’Association du Barreau de l’Ontario (ABO), puis présidente de la section nationale du droit de la famille de l’Association du Barreau canadien (ABC). Maintenant retraitée de la pratique, elle est directrice générale de l’Ontario Association of Collaborative Professionals et professeure auxiliaire à la faculté de droit de l’Université de Toronto. Me Huddart incarne l’intégrité et l’engagement envers les plus grands idéaux de la profession juridique. Elle a fourni un service exceptionnel et de longue date, et a fait une contribution importante à la profession juridique.

Susan Kyle HeadshotSusan Kyle Admise au barreau en 1993, Susan Kyle a consacré toute sa carrière au service public. Elle est actuellement la première femme à occuper le poste de sous-procureure générale adjointe (SPA) à la Division du droit criminel de l’Ontario, où elle dirige une équipe dévouée et talentueuse de plus de 1 000 avocats et 600 professionnels du secteur des affaires, qui ont tous bénéficié de son exemple d’engagement et de respect de la loi.

Comme SPA, elle a défendu de grandes initiatives dont la gestion du traumatisme vicariant, le soutien aux initiatives de diversité, le mentorat et la poursuite de la transformation de la prestation de la justice criminelle. Me Kyle guide actuellement sa division pour surmonter l’un de ses plus grands défis : le passage urgent aux tribunaux virtuels pendant la pandémie. Leader inspirante, elle est un agent de changement dans le développement et la modernisation du droit criminel et de l’administration de la justice dans la province de l’Ontario.

Candice Metallic HeadshotCandice S. Metallic Admise au barreau de la C.-B. en 1997 et de l’Ontario en 2006, Candice Metallic a fait preuve d’un leadership extraordinaire dans l’avancement des droits des Autochtones. Elle a participé à l’affaire de la Cour suprême du Canada, Delgamuukw c. Colombie-Britannique, qui continue de faire autorité en matière de droit constitutionnel. En Ontario, elle a été conseillère juridique de l’ancienne Commission des revendications indiennes et a été appelée à participer à la rédaction de la loi visant à résoudre les revendications particulières des Premières Nations – la Loi sur le Tribunal des revendications particulières.

En 2011, elle a été conseillère juridique de l’honorable Frank Iacobucci dans le cadre d’un examen des membres des Premières Nations faisant partie des jurys en Ontario, et en 2017, elle a été conseillère juridique du sénateur Murray Sinclair dans le cadre d’une enquête sur la Commission des services de police de Thunder Bay concernant des allégations de racisme systémique au sein de la Commission des services de police. En 2018, elle a été nommée avocate-conseil des peuples autochtones (Indigenous Peoples’ Counsel), soit le plus grand honneur de l’Association du Barreau autochtone du Canada. Le leadership et le travail novateur de Me Metallic ont permis de faire progresser les droits des Autochtones au Canada.

Janice Payne HeadshotJanice Payne Admise au barreau en 1976, Janice Payne est une chef de file dans la profession juridique depuis 45 ans. Véritable pionnière, elle est l’une des premières femmes à exercer en cabinet privé à Ottawa et continue d’être un modèle exemplaire et à mentorer de nombreuses avocates qui ont suivi ses traces. Dans les années 1980, elle a fait sa marque sur le droit en plaidant des affaires qui ont fait jurisprudence et en rédigeant, interprétant et plaidant les lois sur les condominiums de l’Ontario. Ayant changé de domaine de pratique, elle est aujourd’hui l’une des meilleures avocates canadiennes en droit de l’emploi.

De nombreux clients viennent à elle à un moment de leur vie où ils sont fragiles. Me Payne s’implique, les représente et leur donne une voix – une voix qui impose le respect – et elle obtient des résultats remarquables pour eux. En 2012, elle a reçu la Médaille du jubilé de diamant et en 2020, le prix d’excellence de l’ABO en litige civil – deux des nombreuses reconnaissances de son engagement et de son expertise durant sa formidable carrière.

Professor Poonam Puri HeadshotProfesseure Poonam Puri Admise au barreau en 1999, professeure Puri est l’une des juristes les plus influentes du Canada dans le domaine du droit des sociétés, de la gouvernance d’entreprise et de la règlementation des valeurs mobilières. Elle est l’une des principales voix dans les discussions provinciales, nationales et mondiales sur ces sujets, et ses recherches ont conduit à d’importantes réformes politiques et règlementaires. 

Les efforts pro bono précurseurs de la professeure Puri améliorent l’accès à la justice des personnes vulnérables qui ont subi des préjudices financiers, et ont entrainé la création de la clinique de protection des investisseurs de la faculté de droit Osgoode Hall, la première du genre au Canada, et d’autres cliniques similaires suivent le mouvement dans tout le pays. Son engagement indéfectible envers l’enseignement et le mentorat des étudiants en droit et des jeunes avocats a façonné la prochaine génération d’avocats au Canada. La professeure Puri est une cheffe de file dans la profession juridique, passionnée et réfléchie, qui a gagné la confiance et le respect du milieu universitaire, de la magistrature, du barreau et de la société au Canada.

Prix Lincoln Alexande

Ce prix est décerné annuellement en reconnaissance d’une avocate, d’un avocat, d’une parajuriste ou d’un parajuriste* ontarien qui a démontré un intérêt et un engagement de longue date envers le public en Ontario en rendant des services à la communauté. *Depuis cette année, ce prix inclut les parajuristes dans ses critères d’admissibilité.

Rochelle Ivri HeadshotRochelle Ivri Titulaire de permis depuis 2012, Rochelle Ivri a démontré un leadership extraordinaire comme première professeure afro-canadienne du programme parajuridique du Mohawk College. Elle est la première parajuriste et consultante en immigration à être nommée parmi les dix juges de la citoyenneté au Canada. Mme Ivri inspire ses étudiants à toujours viser plus haut comme elle, qui n’a eu de cesse d’élever les normes des gens qui l’entourent. Elle a obtenu un diplôme en criminologie de l’Université de Windsor et un certificat d’études supérieures en règlement extrajudiciaire de conflits de l’Université York, en plus d’être coauteure du manuel Tribunal Practice and Procedure for Legal Professionals (Emond 2018).

Mme Ivri a à cœur d’enrichir sa communauté. Elle a précédemment siégé au Conseil de l’Ordre des sages-femmes de l’Ontario, au conseil d’administration des bibliothèques publiques de Niagara-on-the-Lake et au comité de discipline, d’appel et de révision du CRCIC. Elle siège actuellement au conseil d’administration de Bravo Niagara! et elle est la première et seule afro-canadienne nommée au premier comité consultatif des femmes de la région du Niagara. Mme Ivri est également vice-présidente du conseil de la fondation, membre du comité de représentation de l’initiative Black North et cofondatrice d’un programme de mentorat pour les jeunes Noirs de la région du Niagara. Mme Ivri a démontré le besoin et l’importance d’une représentation des femmes racialisées dans sa profession et dans sa communauté. Elle continue d’élever la profession de parajuristes par ses constants accomplissements.

Prix Laura Legge

Ce prix est décerné annuellement à une avocate en reconnaissance de son service en tant que membre du Barreau de l’Ontario.

Dr. Beverly Jacobs HeadshotProf. Beverly Jacobs (Nation mohawk/haudenosaunee) a fait preuve de leadership en défendant pendant dix ans la cause des femmes et des filles autochtones. Juste avant d’être présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada pendant cinq ans, Mme Jacobs a travaillé avec Amnesty International Canada à la rédaction du rapport de 2004 « On a volé la vie de nos sœurs », qui dénonçait les violations des droits fondamentaux des femmes et des filles autochtones. Ce rapport offre des pistes pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles autochtones. Le travail de Mme Jacobs a servi de précurseur à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Ce ne sont là que deux points saillants de la carrière de Mme Jacobs, qui s’est consacrée à la sensibilisation et à la lutte contre la discrimination à l’égard des femmes et des filles autochtones.

Son action militante, son enseignement et ses engagements sociaux en faveur de l’avancement des droits des femmes et des filles autochtones, ainsi que de l’accès à la justice, dès sa première année à la faculté de droit de l'Université de Windsor, où elle est doyenne intérimaire, lui ont valu le prix des droits de la personne et de la justice sociale du Bureau des droits de la personne, de l’équité et de l’accessibilité en 2017. La publication de Mme Jacobs sur sa réponse aux excuses officielles du Canada pour les pensionnats indiens continue d’être utilisée dans les cours de droit au Canada. Membre de l’Ordre du Canada, ses recherches, combinées à ses activités militantes, lui ont valu une reconnaissance nationale et internationale.

Prix J. Shirley Denison

Ce prix est décerné chaque année à une avocate, un avocat, une parajuriste ou un parajuriste de l’Ontario pour reconnaitre les contributions importantes à l’accès à la justice et aux enjeux liés à la pauvreté.

Laurie E. Joe HeadshotLaurie E. Joe Admise au barreau en 1987, Laurie Joe est avocate bilingue aux Services juridiques communautaires d’Ottawa. Elle aide les clients dans les domaines du droit de l’immigration, des réfugiés et des personnes handicapées. Elle travaille avec le programme « Women and War » du centre de soutien aux victimes d’agressions sexuelles d’Ottawa depuis plus de 25 ans, offrant un soutien juridique aux survivants de violence et de traumatismes. Elle est membre fondatrice du cercle de direction de Justice for Indigenous Women (J4IW), un organisme d’éducation et de justice sociale. Ces deux organisations travaillent avec des femmes vulnérables qui font face à de multiples obstacles pour obtenir justice, notamment au regard de la pauvreté, du manque d’information sur les services disponibles, des barrières linguistiques, de la stigmatisation et de l’exclusion sociale.

Membre de l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario depuis longtemps, Me Joe est fière des projets de l’Association visant à promouvoir un meilleur accès à la justice en français. Elle est active au sein de nombreux comités et participe à des ateliers de formation destinés aux décideurs juridiques, aux avocats et aux étudiants en droit. Elle est inspirée par la prochaine génération de juristes et démontre son souci de leur bienêtre par l’enseignement et le mentorat. Me Joe a apporté une contribution concrète et impressionnante aux questions de justice en Ontario, tant par son engagement bénévole et communautaire que par son engagement envers la profession juridique. Chaque jour, Me Joe a un impact positif sur la vie de nombreuses personnes.

Prix des parajuristes remarquables William J. Simpson

Ce prix reconnait un ou une parajuriste qui satisfait à un ou plusieurs des critères suivants : une réalisation professionnelle exceptionnelle, une contribution exceptionnelle au développement de la profession, le respect des pratiques exemplaires et le mentorat des autres en pratiques exemplaires, un passé de service communautaire et des traits qui donnent du crédit à la profession juridique.

Kathleen Cooper HeadshotKathleen Cooper Titulaire de permis depuis 2012, Kathleen Cooper est une praticienne très estimée qui a fait preuve d’un engagement extraordinaire envers sa profession. Elle est chercheure principale et parajuriste à l’Association canadienne du droit de l’environnement, une clinique d’aide juridique dédiée à la santé publique et à la salubrité de l’environnement des Ontariens à faible revenu. Elle est largement reconnue comme l’une des principales voix de la justice environnementale dans cette province. Autrice prolifique, Mme Cooper a rédigé des rapports fondamentaux sur la santé environnementale et la protection des communautés vulnérables contre les dommages environnementaux. Elle contribue grandement aux consultations sur les lois environnementales aux paliers fédéral, provincial et municipal.

Son engagement de longue date en faveur de l’éducation juridique publique permet aux Ontariens et aux Ontariennes de comprendre les effets de la pollution environnementale sur leur santé. Son travail de défense des intérêts est ancré dans sa profonde compréhension de la justice sociale et de l’équité, et elle veille à ce que le point de vue des personnes à faible revenu soit au premier plan dans le domaine de la santé environnementale. Elle lèguera une fort meilleure compréhension du fardeau injuste que représentent les dommages environnementaux pour les communautés vulnérables et des normes juridiques plus strictes pour protéger ces communautés. Son travail a considérablement amélioré la vie des personnes à faible revenu, en particulier des enfants, dans tout l’Ontario et le Canada. Outre sa passion et son engagement en faveur de la justice sociale, son habileté et sa compétence professionnelle font d’elle une grande source d’inspiration.

Explication des termes et concepts
Your Source-FR
Your Source-FR-2