Back to Navigation
Accueil Nouvelles et évènements Nouvelles Nouvelles : 2021 Déclaration de la trésorière Teresa Donnelly : Pensionnat autochtone de Kamloops

Déclaration de la trésorière Teresa Donnelly : Pensionnat autochtone de Kamloops

23 juin 2021

TORONTO ON — Aujourd’hui, la trésorière Teresa Donnelly a fait la déclaration suivante lors de la réunion du Conseil du Barreau de l’Ontario :

« À la fin de mai, le pays a été horrifié par la découverte des tombes anonymes de 215 enfants à l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops. Cette découverte est un autre rappel douloureux des effets dévastateurs du système des pensionnats autochtones au Canada. Depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’en 1996, plus de 150 000 enfants autochtones ont été envoyés dans 139 pensionnats dans le pays. Pendant plus d’un siècle, le but des fonctionnaires et des missionnaires était d’assimiler ces enfants en les retirant de leurs familles et de leurs communautés. Le préjudice dévastateur causé par ce système continue d’affecter les survivants, leurs enfants, leurs familles et leurs communautés.

La découverte tragique des restes des 215 enfants autochtones a suscité une grande tristesse. Il est difficile d’imaginer le chagrin et la douleur des familles et des communautés autochtones – en particulier des membres de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc.

Au nom du Conseil, je souhaite exprimer nos condoléances aux peuples Tk’emlúps te Secwépemc, à tous les survivants du système de pensionnats autochtones, à tous les peuples autochtones du Canada et à tous ceux et celles touchés par la découverte de ces tombes anonymes.

Comme symbole de respect pour les 215 enfants, leurs familles en deuil et leurs communautés, je vous demande d’observer une minute de silence.

[Moment de silence]

Cette tragédie accablante met en lumière le travail important que le Barreau doit encore accomplir, en collaboration avec le Groupe consultatif autochtone, pour mettre en œuvre le cadre autochtone du Barreau et les recommandations du comité d’examen sur les processus d’audience et de règlementation touchant les peuples autochtones. Le cadre autochtone du Barreau est basé sur quatre piliers fondamentaux, qui fournissent une perspective et une orientation au Barreau dans son interaction avec les peuples autochtones. Ces piliers sont :

  • Créer et augmenter la compétence culturelle
  • Atteindre et améliorer l’accès à la justice
  • Promouvoir et soutenir la connaissance des systèmes juridiques autochtones
  • Donner suite à la réconciliation.


De plus, il est important que le Barreau continue de soutenir la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. L’appel à l’action 27 s’adresse particulièrement aux barreaux :

“Nous demandons à la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada de veiller à ce que les avocats reçoivent une formation appropriée en matière de compétences culturelles, y compris en ce qui a trait à l’histoire et aux séquelles des pensionnats, à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, aux traités et aux droits des Autochtones, au droit autochtone de même qu’aux relations entre l’État et les Autochtones. À cet égard, il faudra, plus particulièrement, offrir une formation axée sur les compétences pour ce qui est de l’aptitude interculturelle, du règlement de différends, des droits de la personne et de la lutte contre le racisme.”

Notre travail avec les peuples autochtones fait partie intégrante de notre réconciliation et est essentiel pour l’égalité, la diversité et l’inclusion. En tant qu’organe de règlementation des professions juridiques, le Barreau de l’Ontario s’engage à lutter contre le racisme, sous toutes ses formes, et à continuer à œuvrer pour rendre les professions juridiques et la société plus diversifiées et inclusives. »

Le Barreau règlemente les avocats, les avocates et les parajuristes de l’Ontario dans l’intérêt public. Le Barreau a pour rôle de protéger l’intérêt public, de maintenir et de faire avancer la cause de la justice et la primauté du droit, de faciliter l’accès à la justice pour toute la population de l’Ontario et d’agir de façon opportune, ouverte et efficiente.

-30-

Source : Jennifer Wing, agente principale des communications, Relations externes et communications, jwing@lso.ca. Suivez-nous sur LinkedIn, Instagram, Twitter et Facebook.

Explication des termes et concepts