Passer au contenu principal
Back to Navigation
Message de la trésorière

Teresa Donnelly headshotEn cette troisième année de pandémie, je repense à 2021, et je suis frappée par ce qui nous a manqué et ce que nous avons appris sur nos forces et nos fragilités, sur l’importance de notre travail dans le système de justice et sur notre besoin de se rassembler.

Nous vivons une époque extraordinaire. En attendant la fin de la pandémie, nous continuons de naviguer les incertitudes liées au travail, aux soins des personnes à notre charge, à leur scolarité, et nous faisons de notre mieux pour les protéger et conserver un semblant de contrôle et de certitude. Même si je demeure optimiste, les ravages de la pandémie se feront encore sentir pendant des années alors que nous sommes aux prises avec des problèmes médicaux, économiques, juridiques et de santé mentale à long terme.

Santé mentale et bienêtre
Aucun de nous n’est à l’abri des pressions qu’exerce la pandémie sur le plan personnel et professionnel, que nous soyons avocats, parajuristes, étudiants, clients ou employés.

En tant que professionnels du droit, nous subissons des demandes croissantes. Nous devons en être conscients pour comprendre leurs impacts et pour demander de l’aide en cas de besoin. C’est en prenant soin de nous-mêmes et en nous entraidant que nous pourrons continuer notre important travail dans le système de justice. 

Un engagement et une interaction sincères avec les avocats, parajuristes et étudiants sont pour moi une priorité pour le bienêtre individuel et collectif. Bien que les mesures sanitaires nous aient imposé de faire la plupart de nos rencontres en ligne, ces occasions ont été essentielles pour renforcer les liens entre le Barreau, les membres et chacun de nous.

En 2021, j’ai eu l’honneur de coprésider le tout premier Sommet du Barreau sur la santé mentale pour les professionnels du droit où les avocats et les parajuristes ont parlé de leurs expériences et de leurs stratégies pour faire connaitre et combattre la stigmatisation associée à la maladie mentale. Plus nous aurons de discussions ouvertes, plus nous saurons accepter et aider les personnes stigmatisées.

Chacun de nous doit défendre le bienêtre des avocats et des parajuristes et en faire une priorité à tous les stades de notre carrière. Le Barreau est bien placé pour offrir aux membres de l’aide de professionnels et de pairs grâce au Programme d’aide aux membres, de l’encadrement et des conseils grâce au Réseau d’encadrement de la pratique et de l’aide en matière de gestion et de déontologie grâce à la Ligne d’aide à la gestion de la pratique.

Engagement envers l’égalité, la diversité et l’inclusion
En 2021, nous avons assisté à la tragique découverte de centaines de lieux de sépulture d’enfants non marqués près d’anciens pensionnats. La dévastation causée par le système des pensionnats autochtones continue de nuire aux survivants, à leurs familles et aux communautés autochtones dans tout le pays. Ces tragédies indiquent au Barreau qu’il doit poursuivre ses efforts pour mettre en œuvre les quatre piliers de notre cadre autochtone : créer et augmenter la compétence culturelle ; atteindre et améliorer l’accès à la justice ; promouvoir et soutenir la connaissance des systèmes juridiques autochtones et donner suite à la réconciliation.

Au Canada et dans le monde, le cycle de la violence, de la discrimination et du racisme continue. Le racisme et la discrimination minent la justice. Ils minent la primauté du droit. Nous avons des devoirs clairs face à la justice. Combattre le racisme et la discrimination sous toutes leurs formes passe par un effort conscient pour rendre nos institutions et notre système de justice plus diversifiés et plus inclusifs. Des professions juridiques diversifiées favorisent l’intérêt public et l’accès à la justice. 

Nous avons tous un rôle à jouer — collectivement et individuellement — pour combattre le racisme systémique et la discrimination raciale afin de bâtir une société équitable et juste pour tout le monde.

Mises à jour du Barreau
Pendant que les services juridiques se donnaient tour à tour en ligne, en personne et un peu des deux, les avocats et les parajuristes ont été constants dans leur prestation des services essentiels et de l’accès à la justice à tous les Ontariens. 

Au Barreau, notre travail d’intérêt public s’est poursuivi. Nous avons développé le Projet pilote sur les droits de comparution afin de permettre aux candidats avocats de comparaitre devant un plus grand nombre d’affaires en droit de la famille. Nous avons lancé Accès à l’innovation, un projet pilote de cinq ans qui permet aux prestataires approuvés de services juridiques technologiques novateurs d’exploiter leurs activités en Ontario tout en respectant les exigences de protection du public fondées sur le risque. Nous avons continué à lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Dans le but de renforcer la protection des consommateurs, d’augmenter la transparence et d’assurer l’équité pour les clients, nous avons mis en œuvre des réformes des honoraires conditionnels

Tournés vers l’avenir en saluant le passé
Bien que ce rapport détaille les activités du Barreau en 2021, je dois me tourner vers l’avenir. Le Barreau célèbrera son 225e anniversaire en 2022 — une étape qui mérite d’être soulignée.

Fondé en 1797, le Barreau en tant qu’organisme autogouverné était une innovation et est devenu le modèle des barreaux du Canada. Le Barreau a été créé pour veiller à ce que toutes les personnes qui pratiquent le droit en Ontario soient compétentes, suivent les procédures appropriées et se comportent de manière éthique. Plus de deux siècles plus tard, ces objectifs demeurent au cœur du mandat d’intérêt public du Barreau.

Alors que mon mandat de trésorière touche à sa fin, je me rappelle que l’autogouvernance est un aussi grand privilège aujourd’hui qu’elle l’était il y a 225 ans. Pour conserver ce privilège, le Barreau doit toujours accorder une importance primordiale à l’intérêt public.  

Je félicite le Barreau à l’occasion de cet anniversaire marquant et je partage ma gratitude pour le travail dévoué des juges, le leadership inébranlable de la chef de la direction Diana Miles et pour l’engagement de tout le personnel du Barreau à honorer et à maintenir son important mandat d’intérêt public. Ce fut l’un des grands honneurs de ma carrière que de servir en tant que trésorière du Barreau. Restez en sécurité et en bonne santé.

La trésorière,
Teresa Donnelly

Explication des termes et concepts